Gestion des risques
Liens utiles

Plan de Prévention des Risques d'Inondation

Le nouveau Plan de Prévention des Risques d'inondation (PPRi) de la commune de Bouillargues a été approuvé par arrêté Préfectoral du 4 avril 2014.

Il délimite de nouvelles zones soumises à un risque d'inondation par débordement de cours d'eau, principalement à proximité du Vistre. Son règlement précise les mesures d'interdiction et les prescriptions applicables dans chacune de ces zones selon l'intensité du risque.

Le PPRi est consultable en Mairie au service urbanisme.

Consultez le zonage du PPRI

Résumé non-technique

Retrouvez le contenu complet du PPRI sur le site de la Préfecture du Gard. 

Eclairage sur l'impact du PPRI dans les zones urbaines

 

Le PPRI a recensé quelques zones urbaines soumises à un risque d'inondation. Ces zones sont principalement localisées le long des cours d'eau au niveau de La Source et du fossé de la Rière.

Ces secteurs matérialisés en bleu sur l'extrait de plan de zonage ci-dessus correspondent à des zones urbaines impactées par un aléa résiduel, autrement dit des zones non inondées par la crue de référence mais potentiellement inondables par une crue supérieure.

Il est utile de rappeler que l'aléa de référence ayant servi à l'élaboration du PPRI coïncide avec la crue centennale (crue statistique ayant une chance sur cent de se produire chaque année), ou bien la crue historique si son débit est supérieur au débit de celle-ci. Cette zone de précaution n'a donc jamais été exposée à une inondation jusqu'au à présent.

De manière plus concrète, le règlement du PPRI n'impacte les droits à bâtir qu'à la marge dans ce secteur résidentiel. Les principales mesures visent à:

- Imposer la réalisation d'un vide-sanitaire à 30 cm du sol naturel pour les nouvelles constructions à usage d'habitation, la plupart des maisons individuelles disposant déjà d'un tel équipement.

- La sécurisation et la signalisation des piscines en cas de crue.

- Assurer l'écoulement des eaux en privilégiant les grillages aux murs de clôture en parpaings.

Il en résulte que l'urbanisation de ce quartier soumis à un risque faible n'est aucunement remise en cause.

Il en est autrement en ce qui concerne la partie hachurée en rouge (secteur des Jardins) dans laquelle les constructions nouvelles sont proscrites sauf exception afin de laisser libre le champ d'expansion d'une éventuelle crue exceptionnelle. En pratique le PPRI n'apporte pas de prescriptions nouvelles dans la mesure où le Plan d'Occupation des Sols interdisait déjà l'urbanisation dans ce secteur agricole.

 

 

Plan Communal de Sauvegarde (PCS)

Moyen de prévention indispensable et obligation légale, l’information sur les risques majeurs est aujourd’hui incontournable pour les communes. A ce titre, Bouillargues vient de réaliser son Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs ou DICRIM, un document pratique qui explique les risques potentiels les plus importants sur la ville et les moyens de s’en prémunir : il est consultable en mairie et téléchargeable. Régulièrement, des phénomènes climatiques de grande ampleur mais aussi des accidents liés à l’activité humaine et dits technologiques nous rappellent que les communes sont exposées à des risques majeurs, c'est-à-dire des risques très rares qui, s’ils survenaient, engendreraient des conséquences graves pour la population, les biens et l’environnement.

Risques majeurs à Bouillargues

Comme d’autres communes du département, Bouillargues est exposée aux risques naturels Inondation et Feux de forêt. En matière de risques technologiques, Bouillargues est soumise au Transport de Matières Dangereuses (TMD) par la présence d’axes routiers (Route d’Arles et Chemin des Canaux).

Que faire contre ces risques ?

Pour agir au mieux face à ces risques et parallèlement aux divers organismes publics chargés de leur prévention, l’état a renforcé le rôle des communes en matière d’information préventive et de protection en cas d’évènement majeur. Inscrits dans la loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004, deux documents clés participent à ces objectifs : le DICRIM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs) et le Plan Communal de Sauvegarde.

Connaissances et réflexes

Parce qu’une connaissance individuelle et collective des risques est le 1er maillon de la prévention, le DICRIM est un document consultable par tous et obligatoire dès lors qu’une commune est soumise à un Plan de Prévention des Risques Naturels, ou un Plan Particulier d’Intervention dont font l’objet les installations industrielles les plus sensibles. Bouillargues a donc réalisé le sien. Explicatif et visuel, le document dresse ainsi le portrait de chaque risque, de ses caractéristiques générales à sa localisation et ses manifestations potentielles sur la commune. Il informe également des mesures de prévention mises en place et des moyens de protection dont disposent les services municipaux en cas d’évènement majeur. Pratique, une synthèse des bons réflexes à adopter pour chaque type de risque vient compléter le DICRIM.

« Les citoyens ont un droit à l’information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans chaque zone du territoire et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent » (extrait de l’article L 125-2 du code de l’environnement)

Gestion de crise

En cours d’élaboration, le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) n’est pas quant à lui un document de vulgarisation. Même s’il sera consultable par tous en mairie dès son officialisation, il s’agira d’un dossier complet dressant un état des lieux des risques sur la commune et des moyens pour faire face aux situations de crise. Etablissant le rôle des services préfectoraux, des services de secours et des services municipaux dans le cadre d’un accident sur le territoire communal, il fixera l’organisation pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population face aux risques recensés. L’objectif n’est pas seulement de répondre à une obligation réglementaire en rédigeant un document mais de mettre au point une organisation fonctionnelle et réactive pour faire face à un événement, d’avoir un outil phare opérationnel. L’élaboration du PCS est donc l’occasion de réfléchir de manière poussée à certains aspects prioritaires, tels que l’alerte, le relogement, le ravitaillement…en fonction des capacités financières ou humaines mobilisables sur le territoire. Le PCS n’est pas un outil écrit figé : il doit être en permanence mis à jour et il convient de garder les personnes concernées en éveil pour qu’elles participent le plus activement possible à son maintien à niveau. Si l’évènement dépasse les limites de la commune ou ses capacités d’intervention, le Préfet peut prendre la gestion des opérations et activer d’autres plans de crise.

Télécharger le DICRIM

 

Débroussaillement

 

 

Élagage à proximité des lignes électriques

Élagage ENEDIS